Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Homosexualité et Religions

  • Le "mariage" une institution à géométrie hautement variable !

    mariage.jpg

    Ci dessus une horreur aseptisée, américanisée même et faussement romantique...

    C'est en cherchant à éclaircir ce qu'à raconté Montaigne dans son journal de voyage à propos de prêtres portugais qui se seraient épousés de mâles à mâles à la messe que je suis tombé sur 2 textes intéressants.

    Voici quelques précisions et une découverte qui ne va pas manquer d'intéresser "Isik" quoique son érudition, dans le domaine de l'historiographie des "millieux gays" est infiniment supérieure à celle de votre humble serviteur.

    Du mariage romain au mariage catholique après 1215

    Le premier, d'un certain Damien Boquet, daté du 9 janvier 2013 a l'avantage de bien remettre les pendules à l'heure concernant l'évolution du mariage et de ses contenus de la Rome païenne au catholicisme tardif et pas seulement. En effet, il résume de façon assez admirable les différences entre Grecs et Romains quant à la perception de ce que nous appelons "homosexualité" depuis le XIXème siècle et surtout les limites de ce qui était permis dans ce domaine. Voir :

     

    Lire la suite

  • A propos d'Adriano Oliva dominicain thomiste et gay friendly : un retour au fondamentaux du mariage et pas que...

    9782204106795-56166a39ad34a.jpg

    J'ai bien des choses a dire avant de citer ce que Martel a écrit au sujet du dominicain italien dont il faut tout de même saluer le courage. Je dois vous faire observer que vous pouvez allègrement sauter, au moins pour commencer, certains passages.

    C'est en traînant les pieds que je me résous à accomplir la promesse que j'ai fait de rendre compte d'une question évoquée dans le livre de Frédéric Martel. Oui ça devient une corvée de tenir un blog, tout va trop vite. Je l'ai déjà dit : faire une revue de presse pour soi-même et se faire une opinion sur ce qui se passe, prend assez peu de temps.

    Mais en rendre compte, peser ses mots, surtout se relire ça devient une charge. Il est cependant des sujets au sujet des quels on ne peut pas se taire.

    En plus le langage html qui sert au formatage sur les pages de blog est un immonde saloperie qui tend à vous faire venir chèvre.

    Sachez que plutôt que de me casser la tête en compagnie de l'Aquinate,je préfère investir du temps dans l'étude de la botanique et particulièrement le recensement et la localisation de plantes et des baies sauvages comestibles. On risque d'en avoir besoin incessamment sous peu... En ce moment c'est l'époque des fleurs de sureau...

    Je ne saurais donc m'engager à faire une recension du livre. La lecture de ce genre de littérature est un pensum. En effet, quand on est intelligent, on n'a pas besoin des directives de l'Eglise catholique pour résoudre certains problèmes quand on sait que c'est elle qui les a créé de toutes pièces. Assez tardivement d'ailleurs, je le précise à nouveau...

    Quoiqu'il en soit il est de mon devoir de susciter votre curiosité. Mais d'assez longs préliminaires sont nécessaires car je ne veux pas laisser l'impression que je voudrais me solidariser en faveur de la cause défendue par l'auteur dont il va être question.

    Une commande du Pape François

    Adriano Oliva aurait été sollicité, indirectement, par le pape François pour chercher une solution au problème des divorcés remariés et des "gays". Il fallait pour cela compenser par reposer, d'après Thomas l'Aquinate les fondamentaux du mariage.

    En fin de compte, et à propos du sort à réserver aux "homos", l'auteur est retombé sur une pratique et même une innovation du christianisme qui a consisté à bénir des couples de même sexe. L'image que l'on voit sur la couverture est une des icones représentant St Serge et St Bacchus qui ont été donnés comme saint patrons aux couples de mecs.

    Les bénédiction de couples d'hommes ou de femmes, pour ou contre ?

    On va me demander : pour ou contre le retour à ces bénédictions ?

    Je le dis fermement : je m'en tape ! C'est vraiment le cadet de mes soucis ! 

    Non parce que mon âge canonique fait de moi un indésirable mais parce que dans ce domaine le catholicisme aura été une véritable malédiction pour les gays ! C'est tout le contraire d'une bonne nouvelle puisqu'il leur faut se couper les couilles au moins de manière figurée pour mériter le paradis. Un paradis où forcément on risque de s'y emmerder puisqu'il n'y aura plus ni homme ni femmes...

    De toutes façons, je l'ai dit et je le répète, le catholicisme s'est avéré hypertoxique pour les "homos", ce que Martel démontre d'une façon irréfutable. Alors ça ne peut pas changer ! D'autre part, croire que la "monogamie" soit compatible avec un penchant envers les garçons et conditionner la dépénalisation de l'homosexualité à cette "monogamie", cela reviendait à condamner implicitement tous ceux qui n'en passeraient pas par le rite pour s'autoriser à aimer charnellement un semblable. Ce qui était concevable dans des milieux  orientaux jusqu'au XIXème siècle n'est plus transposable ici chez nous et aux XXIème siècle.

    Peut-on revenir aux sources ?

    Je m'empresse de vous prédire que la parution de ce livre ne changera rien. Il résulte pourtant d'une commande faite en 2014 au moment du synode. Le livre est paru en octobre 2015, c'est un résumé de plusieurs études parues dans des revues spécialisées en sorte qu'il m'aura fallu libre le livre de Martel pour être informé de cette tentative.

    Si on ne l'a pas su, c'est parce que l'entreprise d'Adriano Oliva a été comme "étouffée".

    La meilleure preuve que l'Eglise s'acharnera à pénaliser plus ou moins l'homosexualité la voici :

    http://fredericmartel.com/excluvif-le-pape-francois-devrait-annoncer-la-depenalisation-de-lhomosexualite-le-5-avril/

    Le pape François : un pas en avant deux pas en arrière

    Je pense en particulier a une déclaration selon laquelle il a recommandé la psychiatrie aux parents dont l'enfant serait gay. Je ne saurais le maudire, le Vatican a du rectifier le tir mais il a bel et bien prouvé que dans ce domaine il ne comprend rien à rien ! Que les parents fassent appel à des "psys" pour se faire aider à assumer le problème soit ! Mais recourir à un psychiatre pour l'enfant, surtout pas. On a vu comment ça s'est terminée pour l'immonde saloparie qu'est un certain Tony Anatrella, l'expert patenté du Vatican, qui a fini par être interdit de tout ministère après avoir pris prétexte d'une thérapie aberrante pour satisfaire son vice tout en se montrant homophobe. Certes pour un séminariste invité à subir des attouchements de la part de ce vieux cochon, ça ne pouvait être que vomitif. Mais avec pour effet inverse d'amplifier l'attrait pour des jeunes gens doté d'un fort sex appeal.

    Encore une fois, je en risque pas la moindre déception. Délégué par André Baudry, le fondateur du Club Arcadie pour portraiturer une archevêque de Reims recevant une pseudo Jeanne d'Arc, je savais qu'il ferait choux blanc. Je le lui avait du reste dit de ne se faire aucune illusion.

    La "monogamie" chez les gays, Est-ce jouable ?

    Il suffit d'observer ce qui se passe depuis que le "mariage pour tous" est entré dans les mœurs françaises. Ce sont des couples de vieux qui se marient. Je suis sûr qu'à leur âge ils ne baisent plus. Le mariage ça commence tout feu tout flamme mais assez rapidement les choses se calment et il reste, quand cela se passe bien, une affection réciproque. Mais les fins secondaires du mariage selon Thomas d'Aquin étant la procréation après l'amour dans un mariage classique, on construit quelque un patrimoine pour doter des êtres appelés à en hériter. Chez les "homos" rien de semblable, se regarder ad vitam dans le blanc des yeux et s'aimer çà va bien un moment...

    Quand, dans le cadre du "mariage pour tous", on voit des couples d'hommes plus jeunes se marier, on ne peut pas manquer d'être frappé par le caractère parodique de la chose. On en a un exemple assez franchement ridicule dans le feuilleton Plus belle la vie...

    Puisque le tabou est réputé avoir été levé en république, je peux faire appel à mon expérience personnelle. J'ai rencontré, au retour d'Espagne, à St Jean de Luz exactement un garçon que j'ai aimé. je passe sur les circonstances assez romantique, une sorte de parc en bord de mer pour indiquer que m'étant empressé de faire le thème de l'extra terrestre que je venais de rencontrer j'ai été frappé par le fait que la superposition des thèmes formait une double conjonction soleil/lune très serrée : sauf erreur, une chance sur 360 puissance 4. On voit au plus une double conjonction dans les thèmes royaux arrangés par des astrologues, mais une double conjonction, je n'en connais pas d'exemple.

    Rassurez-vous cela s'est très bien passé, j'ai même été très surpris d'être aimé à ce point en dépit de mes aspérités. Sauf que quelque part, cela ne m'aidait pas à résoudre les questions que je me posais encore. J'avais à faire avec un être très simple et je ne l'étais pas. Une occasion s'étant présentée de voir du pays, j'ai sauté dessus. De toutes façons on était séparés d'environ 150 km. J'ai compris des années plus tard que j'ai besoin de solitude. Cet ami ne m'empêchait pas de faire des rencontres et je pense que de son côté il s'est senti libre.

    Je pense avoir compris ce qui s'est passé. J'ai besoin d'aimer certes, j'apprécie l'estime qu'on peut me porter mais je redoute par dessus tout ce que l'on appelle l'amour. C'est parfois assez franchement toxique mais le garçon en question était parfaitement sain à cet égard mais sans doute à 100 lieues de comprendre mes questionnements, Je risquais d'être une charge et j'ai sauté sur l'occasion de m'esquiver et de me retrouver seul face à moi-même. J'ai retrouvé sa trace plus tard. Il m'a dit avoir été étonné de cette espèce de fuite et je regrette de ne pas avoir eu l'occasion d'en parler. Il aurait fallu trouver l'occasion de se revoir mais je suis très casanier. Je sais dans quelle ville il a pris sa retraite. Cette ville comporte un magnifique instrument d'un certain Dom Bedos, je n'irai visiter cet instrument que si, par la même occasion je retrouve la trace de cet amant. Comme il n'a jamais été attiré par Internet, je n'ai pratiquement aucune chance. 

    Ce que je sais c'est que l'on peut vivre une amitié assez élective, et faire des entorses dans le contrat. Les "homos" sont parfaitement configurés pour cela. J'observe que lorsqu'il existe une différence d'âge, le plus jeune est chargé de "chasser" et de ramener le "gibier" à la maison... Evidemment c'est scandaleux aux yeux des "hétéros" et de certains cathos, simplement parce qu'ils sont jaloux de ne pouvoir en faire autant. Avec une femme, ce n'est guère possible et en tout cas pas compatible avec un couple ayant des enfants.

    A contrario, les "homos" peuvent aimer plusieurs garçons à la fois ou successivement et la jalousie, ou l'exclusivisme est moins répandu chez eux. Je ne vois rien d'immoral là-dedans à partir du moment où il n'en résulte pas d'addiction. Un chercheur, spirituel ou non, disons les intellectuels et les écrivains en particulier sont assez sont généralement en harmonie avec ce mode de vie sentimental en en s'encombrant pas d'une femme, toujours plus ou moins possessive, voire tyrannique.

    C'est vivable à condition d'avoir développé une tendance plutôt contemplative qui implique de ne jamais forcer les choses et de tendre à les laisser venir à soi. J'avais fait le calcul que 25 ans d'activité homo à raison d'un garçon différent chaque semaine, cela fait 1300 partenaires différents. Avant les années Sida c'étaient pour certains, non pas 1 mais au moins 10 par semaine, en plus il faut compter des périodes de claustration. Quand on travaille à un bouquin qui vous a demandé plus d'une dizaine d'années de concentration, on n'est pas prédisposé à cavaler du matin au soir et du soir au matin. Mais si je n'ai pas franchi la barre du millier, les hétéros me font rire quand ils comptent en dizaines.

    Cela dit, avoir (eu) des partenaires multiples ne signifie pas qu'on veuille les utiliser comme de simples objets et surtout sans aucun amour. Il en va un peu des jeunes comme des moineaux, pour les attraper et les mettre en cage, on dit qu'il faudrait leur mettre un grain de sel sous la queue. Le problème c'est qu'avec les moineaux à forme humaine, leur mettre un grain de sel où c'est indiqué est possible encore faut-il trouver la bonne qualité de "sel". Si ça devrait marcher mieux présentement, c'est uniquement à cause de la menace du Sida et des effets de la crise économique.

    Ce qu'il faut souligner c'est que la gratuité de la chose fait que les mesures sont différentes du côté "gay" et qu'en tout état de cause, si le catholicisme venait à remettre au goût du jour des bénédictions parfaitement canoniques, il y aurait sans doute peu d'amateurs. Le problème étant que le rituel étant autrefois public, il seraient désignés comme relevant d'un régime particulier. Or dans la mesure où je considère le fait de préférer la compagnie d'un semblable comme parfaitement naturelle, j'estime que l'Eglise catholique ne peut pas changer la donne sans, plus ou moins implicitement, faire de ses "homos" les "bêtes curieuses" qu'elles sont devenues depuis 8 siècles environ. Et la préférence sexuelle dont il s'agit, sans relever exclusivement du domaine privé, ne constitue pas un élément du statut civil. Quoique qu'on fasse, on se retrouve toujours dans une situation fausse à cause de ces foutus "hétéros" qui s'imaginent incarner la normalité alors qu'il n'incarnent qu'un conditionnement social plus ou moins carcéral. Et j'ajoute que si l'on veut évaluer le chose en terme d'écologie, j'ai tendance à voir rouge quand j'évalue la chose en terme de gaspillage et de pollution !!!!!!!!!!!!!!!!!

    J'ai vu des prêtres s'interroger sur la licéité des bénédictions évoquées et comment les pratiquer. C'est pourtant bien simple, il suffit d'ouvrir aux bonnes pages le livre de Boswell. A ce propos, sachant que l'innovation du "mariage pour tous" est l'œuvre d'une clique de parlementaires anticléricaux. Je me demande comment il se fait qu'ils n'aient pas connu l'existence de l'ouvrage évoqué. La réponse la voici : ils n'ont pas pu en ignorer l'existence mais le précédant consistant en une tradition religieuse d'unions de même sexe a du les épouvanter. Frédéric Martel lui-même ignore l'œuvre de Boswell. Cette cécité, spécifiquement française, est très suspecte.

    Extrait du livre de Frédéric Martel portant sur le scandale causé par Adriano Oliva

    Le frère Adriano Oliva est un historien médiéviste réputé, latiniste chevronné, docteur en théologie. Il est surtout l’un des meilleurs spécialistes au monde de saint Thomas d’Aquin : il préside la fameuse Commission léonine qui est en charge de l’édition critique des œuvres du penseur médiéval – une référence.

    Alors pourquoi Oliva se mobilise-t-il inopinément au début de l’année 2015, et entreprend-il l’écriture d’un livre risqué en faveur des divorcés remariés et des bénédictions d’unions homosexuelles ? Se pourrait-il que le dominicain italien ait été encouragé directement par le secrétariat du synode, sinon par le pape, pour intervenir, toutes affaires cessantes, dans le débat ?

    J'ai eu la confirmation qu’Adriano Oliva a bien été reçu au Vatican par Baldisseri, Bruno Forte et Fabio Fabene – soit les principaux artisans du synode. 

    Comme on pouvait s’y attendre, le livre n’est pas passé inaperçu dans les réseaux thomistes où cette charge a fait l’effet d’une bombe à fragmentation. La polémique a enflammé les cercles catholiques les plus orthodoxes et ce d’autant plus que l’attaque venait de l’intérieur, signée par un prêtre difficilement réfutable, thomiste parmi les thomistes. Cinq dominicains de l’Angelicum, l’université pontificale Saint-Thomas-d’Aquin à Rome, se fendent bientôt d’une réponse aussi sévère que schizophrène, certains d’entre eux étant homophiles. Des militants identitaires prennent le relais et attaquent violemment le prêtre audacieux pour avoir fait de saint Thomas d’Aquin un auteur gay-friendly ! Sur les sites et les blogs, l’extrême droite catholique se déchaîne.

    Soutenu intellectuellement par le maître de l’ordre des Dominicains, dont il dépend, le frère Oliva fait également l’objet de nouvelles attaques en règle, académiques cette fois, dans plusieurs revues thomistes dont un article de 47 pages. En réponse, un nouvel article de 48 pages prend la défense d’Oliva dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques que dirige le dominicain Camille de Belloy (que j’ai également interrogé). Depuis lors, on annonce de nouvelles salves…

    On le voit, le thème était sensible. Pour le frère Oliva, qui dit « avoir agi en toute liberté », c’était même le sujet le plus périlleux de sa carrière. Et aussi courageux que soit le dominicain, il est donc impossible qu’un chercheur de son niveau puisse s’être lancé en solo dans un tel travail sur saint Thomas d’Aquin et la question gay sans avoir reçu un feu vert en haut lieu. Des cardinaux Baldisseri et Kasper ? C’est certain. Du pape François lui-même ?

    Le dominicain s’attaque à l’interprétation dominante de la pensée de saint Thomas d’Aquin : au cœur de la doctrine, non à sa marge.

    Oliva : « On a l’habitude de considérer “contre-nature” non seulement la sodomie, mais aussi l’inclination homosexuelle. Saint Thomas, en revanche, considère cette inclination “selon la nature” de la personne homosexuelle prise dans son individualité. » Le théologien s’appuie sur « l’intuition géniale » du docteur angélique : le « “contre-nature” naturel », selon lequel on peut expliquer l’origine de l’homosexualité. Et Oliva de faire observer, ici quasi darwinien, que « saint Thomas place au niveau des principes naturels de l’espèce l’origine de l’homosexualité ».

    Pour saint Thomas, l’homme, y compris dans ses irrégularités et ses singularités, fait partie du dessein divin. L’inclination homosexuelle n’est pas contre-nature. Oliva encore : «L’homosexualité ne comporte en soi aucune illicéité, et quant à son principe, connaturel à l’individu et enraciné en ce qui l’anime comme être humain, et quant à sa fin, aimer une autre personne, qui est une fin bonne. » Et Oliva de conclure en appelant « à l’accueil des personnes homosexuelles au cœur de l’Église et non à ses marges ».

    Après la lecture d’Amours, des cardinaux, des évêques et de nombreux prêtres m’ont dit que leur vision de saint Thomas d’Aquin avait changé et que l’interdit de l’homosexualité avait été définitivement levé. Certains, fidèles et hiérarchies confondus, m’ont même confié que le livre avait eu, sur eux, l’effet du Corydon d’André Gide et, d’ailleurs, Adriano Oliva achève son texte par une allusion au Si le grain ne meurt gidien. (Sollicité par mes soins, le frère Oliva refuse de commenter la genèse de son livre ou à discuter de ses liens avec Rome.

    Pour en finir avec cette galère

    Cela dit, si vous voulez savoir comment, à partir de Thomas d'Aquin, l'auteur à conclu à la licéité des amours masculines en particulier, vous cherchez sur le Net des échos de la querelle et le cas échéant vous pouvez vous procurer le livre, il est vendu 14 € et je l'ai trouvé d'occase.

    Voici un des résumés les plus clairs qui se puisse trouver de la thèse pour la partie "homo" :

    http://www.reflexion-partage.org/amours-dadriano-oliva/

    Voici un exemple des réactions des théologiens plus ou moins "homophobes".

    Sachez pour votre gouverne, qu'il ont déformé les dires de Oliva. Pour le mariage l'Aquinate a dit clairement que la procréation passe au second plan et que l'objectif essentiel du mariage c'est amour. C'est dit clairement dans l'évangile : ne faire qu'une seule chair !

    Quant au fait que le penchant 'homo" soit naturel, il n'est nul besoin de se farcir la tête en scrutant les dires de l'Aquinate ! 

    Le penchant dont il s'agit est plus "naturel" que le penchant "hétéro". En effet, la différence de psychologie et de tempérament entre les sexes et si contrasté qu'aimer charnellement une femme me paraît un exploit relevant de plus moins de masochisme. Je l'ai écrit 100 fois, elles ne sont pas romantiques. J'ai été ami avec une femme de la bourgeoisie de la métropole sudiste, c'était la sœur d'un Maire de la ville, chaque fois que je prenais des nouvelles je l'entendais s'inquiéter, non pas de ma santé mais de mes revenus. Ce n'est pas que nous sortions beaucoup ensemble et le cas échéant elle aurait très bien pu payer les additions au restaurant mais les soucis matérialistes sont si "conaturels" à toute femme que pour des gens comme moi, c'est un obstacle à toute espèce de possibilité d'harmonie. 

    Enfin j'ajouterai que les moralistes nous font raquer avec leurs histoire d'altérité ! Je ne me sens pas du tout contraint de faire un effort d'en ce sens. L'homme est symboliquement du côté du Ciel, c'est aux femmes et s'adapter au pôle dominant de l'espèce humaine. On nous emmerde avec l'histoire des femmes battues mais sans les mettre tous dans le même sac, il en est qui font tout pour en humiliant en secret leur Jules par des paroles blessantes dont elles possèdent le secret. Les victimes authentiques sont moins nombreuses qu'on ne l'imagine et comme je n'ai aucune part responsabilité dans ce genre d'abus, cela ne me concerne pas et je m'en contrefous et je refuse de me laisser culpabiliser par une certaine propagande féministe.

    Se faire eunuque ?

    Je vais même jusqu'à penser qu'il existe des convenances particulière entre l'amour des garçons et la spiritualité en général. Excepté au sein du christianisme où ca ne peut pas cadrer puisqu'à défait de se marier on est invité à se faire eunuque... Encore qu'il y ait plusieurs catégories d'eunuques et l'on sait qu'un certain castrat était très recherché par les espagnoles de la cour d'un certain Roi des plus dépressifs. On peut donc interpréter le terme de bien des manières. Mais basta, tous ces chipotages qui vivent à un contrôle social pas très catholique me saoulent.

    Je pense que ce que l'on décore d'un barbarisme qui sonne à mes oreilles comme une malédiction (le mot "homosexualité"), est une chose bien simple et qui serait plus répandue si l'Eglise catholique en particulier n'avait pas empoisonné le monde avec sa hantise de la "sodomie". Je serais tenté de dire qu'à force d'en faire trop à ce sujet, cela se retourne contre elle, et pour tout dire elle l'a dans l'os, et ne s'en sortira jamais. Et ce n'est sûrement pas moi qui va la plaindre...

    Bon j'arrête là, à cette heure je n'ai plus de canidé à promener, mais je viens de m'aviser que dans deux jours c'est Pâques et je n'ai pas la moindre idée de ce que je vais jouer comme pièces d'orgue. Il devient urgent d'y penser...

  • Sur les causes d'un silence prolongé et les inconvénients à vouloir le rompre trop vite pour se délester du fardeau d'une corvée

    glandes.jpg

    Un zeste d'umour noir pour commencer...

    Concernant cette illustration très "ésotérique", vous allez vite comprendre à quoi rime l'image. Le milieu catholique m'a foutu les boules sauf que cela ne se voit pas car fort heureusement je ne suis jamais devenu ce que l'on appelle un crétin des Alpes.

    Faute n'avoir voulu me défausser trop vite d'un devoir qui tend à se transformer en corvée, en brûlant les étapes, je devrai revoir mes copies

    Les derniers posts que j'ai publiés ces derniers jours et mêmes ces dernières heures devront soit disparaître ou  être rewrités, voir fragmentés. Si je laisse subsister un peu des post appelés à disparaître ou si certains sont signalés comme en construction, c'est pour ne pas vous inquiéter en vous donnant des signe de vie.

    Le livre de Frédéric Martel est sorti le 21 février. J'ai laissé entendre que je n'aspirais par à "tartiner" sur le sujet et que je n'étais même pas sûr de vouloir faire une longue recension. Je me suis donc contenté, dans un premier temps, d'annoncer l'existence du bouquin et je ne m'attendais pas du tout à la sortie de cette bombe.

    Mon souci de ne pas trop consacrer d'énergie au "phénomène" a plusieurs causes et a eu aussi des conséquences qui m'oblige à tout reprendre.

    1. Attendu que mes détracteurs et ennemis attribuent volontiers la publication du "Dossier Schuon" et celles d'assez nombreuses observations plus ou moins en rapport avec la vogue actuelle de l'homosexualité à une obsession supposée quoiqu'inexistante j'avais tout intérêt à éviter de m'étendre au sujet des 630 pages que vient de produire Frédéric Martel.

    2. De plus l'état de fatigue et de démobilisation dans lequel je me trouvais au moment de cette parution et qui s'est prolongé de façon anormale, m'a, à partir du 10 avril en finir au plus vite. Certains lecteurs ont du reste compris qu'il se passait quelque chose et ont mis cela sur le compte d'une grippe, sauf que je ne l'attrape jamais. J'ai certes attrapé une trachéite et toussé pas mal, ce qui est épuisant mais il y avait autre chose derrière.

    3. Ayant repris un peut de poil de la bête en mettant en œuvre les moyens adéquats, je me suis dit qu'en me forçant à publier alors que je ne me savais pas prêt, j'allais me contraindre à aller jusqu'au bout de la corvée alors qu'autrement mon silence risquait de s'éterniser.

    4. Notez en passant que je fréquente une église en tant d'organiste ce qui m'a donné l'occasion de constater l'absence de réactions hostiles au brûlot signé Martel de la part des fidèles très ordinaires que j'ai sondés. Il n'en va pas de même d'une certaine presse catholique ou assez "catho friendly". De ce côté, la malhonnêteté intellectuelle et une "homophobie" mal contrôlée fait dire à certains des choses révoltantes.

    Parenthèse sur les avantages, les aléas d'exercice et les précautions à prendre lorsqu'on est un musicien d'église

    Pour ce qu'il en est de ce job, il se trouve qu'à cet égard je suis logé un poste d'observation qui me procure la hauteur et le recul idéal pour juger du genre de mentalité qu'à dépeint l'auteur puisque je siège régulièrement depuis une tribune historique. Même si l'échantillon qu'il m'est donné d'observer est réduit (une moyenne de 20 pèlerins en hiver + quelques touristes en été) et si je suis resté plusieurs décennies sans rentrer dans un temple catholique je connais ce petit monde mieux que le fond de mes proches... 

    Je tiens à préciser en passant qu'en tant que musicien d'église, je me suis donné uniquement pour mission, non pas de soutenir un culte ou de pratiquer un acte de foi public mais seulement, premièrement, de justifier les années consacrées à mon apprentissage et à mon auto perfectionnement en me fixant pour seul but de faire vivre un instrument typique d'une certaine esthétique qui coûte très cher en terme de conservation à des contribuables qui sont pour une large part athées.

    J'ai tenu à ce que le marché soit clair de ce point de vue en faisant en sorte que ni l'affectataire, ni le Maire concerné ne pouvaient refuser l'offre. Le problème des orgues classées est que très souvent il ne servent à rien sinon à quelques concerts par an qui, parce qu'ils attirent les foules d'amateurs au contraire des offices, se voient à peu près systématiquement mettre des bâtons dans les roues

    Comme je connais fort bien mon métier et bien que d'une certaine manière j'ai un peu renversé l'ordre normal des choses en m'assurant une position plus confortable que celle qu'envisage une certaine charte. Au final, personne ne peut se plaindre surtout que, pour des raisons de liberté, je tiens à ce que le service demeure gratuit.

    Sauf que lorsqu'une chorale assez fantomatique aime à se produire aux Rameaux plutôt qu'à Pâques, comme elle redoute que je lui fasse de l'ombre, j'ai du répondre à des manouvres mesquines à visée vexatoire. J'ai fini par décider d'y briller par mon absence en ne soutenant pas le cortège d'entrée par la majesté d'un grand prélude le plein jeu digne de la chapelle de Versailles.

    L'autre enjeu c'était de vaincre le trac, une très redoutable maladie nosocomiale répandue par les Conservatoires et d'acquérir la liberté et l'aisance que procure la connaissance et la maîtrise de certains secrets de la musique ancienne résultant de mon appartenance à une certaine lignée apostolique dont peux d'exécutants peuvent être fier... Ce n'est évidemment pas chose aisée car avec la dégradation artistique engendrée car les conséquences pernicieuses de Vatican II, il faut, sur le plan purement émotionnel, s'être plus ou moins "blindé" tant le contraste des divers styles appelés à cohabiter peut être déroutant de sorte que si l'instrument roi parvient à tenir son rang, c'est aussi une manière subtile d'infliger un blâme retentissant à ce qu'une foutue démagogie à engendré. Nul doute que le "Saint Esprit" s'était mis en grève.

    Un progrès appréciable dans l'ambiance des église

    Je note cependant un progrès appréciable. Mais 68 aura été à la fois la meilleure et la pire des choses notamment en tant que révolution sexuelle, laquelle avait, en fait commencé bien avant. La funeste maladie qui régnait avant le concile et avant la révolution estudiantine, consistant en une forme de soupçonnite aussi aigue que chronique, toujours si prompte à voir partout le mal, notamment pour cause d'endurcissement dans un célibat trop purement civil et pas le moins du monde ecclésiastique, ne peut plus susciter de questions indiscrètes. A plus forte raison quand celui qui apporte son concours suffisamment loin de son poste pour n'être pas sollicité de participer plus étroitement à une vie communautaire qui se meurt à cause d'un caractère qui s'apparente de plus en plus à un pur folklore.

    Le seul moyen de freiner cette agonie serait peut-être d'inviter le fidèles localement à s'exprimer dans des sortes de petits synodes pour discuter des moyens de relever l'ambiance et d'intéresser un public plus large. Ce dont parle Martel pourrait être un thème mais comme cela ne se ferait jamais et que les médias cathos ou pro catho sont en train de démontrer comment il s'y prennent pour tenter de neutraliser l'œuvre salutaire entreprise par Martel j'ai décidé d'y pallier. Et c'est comme toujours à prendre ou à laisser...

    Le déni de la thèse "autoréférentielle"

    Le moyen utilisé pour empêcher cette œuvre salutaire de produire un effet positif est grossier et très subtil qui comme pas insinuer que le fait d'être "homo" et qui plus est militant prive l'intervenant de toute objectivité. C'est la thèse, illustrée entre autres par le journal La Croix de la thèse autoréférentielle qui se trouve reprise dans un débat de Valeurs actuelles. Dans ce débat, F. Martel s'en est assez bien tiré mais il est des points où il fait essayer de lui venir en aide en essayant de clouer le bec à ceux qui tout en louvant certaines qualités de l'enquête s'efforce de la neutraliser d'une façon assez franchement perfide.

    Si on part du principe que le fait d'être "homos" implique une subjectivité indépassable on peut aisément retourner le compliment en disant que la défense de la doctrine implique plus de subjectivité encore. Je crois être sur le point de pouvoir, après une période d'intense fatigue et de découragement pouvoir, une fois de plus mettre le doigt où cela fait mal.

    Il est également un autre moyen de se protéger de trop de sollicitations importunes, c'est de montrer discrètement que l'on d'une solide culture religieuse en lâchant de temps à autre de une remarque plus ou moins sibylline à propos d'un sujet ou d'une partie de sujet traité lors du sermon. La démonstration à minima d'une culture étendue a le don très souverain de tenir à distance les gens bêtes et plus ou moins bien intentionnés.

    Quelques précisions au sujet d'une "maladie mystérieuse"

    On aura pu remarquer que mes rythmes de publication sont toujours un peu "en dents de scie". En règle générale, mes "passages à vide" durent peu au point de donner l'impression de disposer d'une énergie quasi inépuisable mais dans le cas présent la chose menaçait de s'éterniser. J'ai du attendre d'avoir 63 ans pour être incité à chercher la cause dans la bonne direction et y savoir y remédier. Que mes détracteurs et ennemis évitent de se réjouir : une thyroïde sujette à se lever tard et à trop vouloir faire la sieste permet de vivre plus longtemps qu'une thyroïde en surchauffe qui empêche de dormir. En MTC on dirait qu'en hypo on dispose d'une bonne réserve de Yin (combustible) et il faut donc activer le Yang (trouver des allumettes ou un briquet qui fonctionne) pour relancer la carburation de la machine qui a tendance à ralentir. On est généralement plus efficace en soirée, voir à ne devenir pleinement productif et en possession de tous ses moyens que la nuit. Cela donne un régime en forme de montagnes russes assez malaisé à gérer. Il faut se choisir des activités libérales compatibles et savoir les proportionner à des prévisions énergétiques qui parfois sont à courtes échéance. Les œuvres de longue haleine ne sont pas impossibles à mener à bien mais on met parfois des années à se remettre du stress. Il est recommandé d'avoir au moins 36 cordes à son arc de façon à trouver une stimulation efficace en passant d'un sujet à l'autre.

    Il faut savoir recourir aux supplémentations (avec ou sans ordonnances), plus ou moins ponctuellement quand il s'agit de substitution. L'ordonnance nécessaire à l'obtention d'une béquille substitutive fut-elle momentanée sont malaisées à obtenir car on considère qu'il faut que la TSH monte à + de 4 pour être en hypo, or cette dernière commence à 1,5/2. Il arrive qu'à 9 des médecins, y compris des cardiologues négligent de percuter. C'est hallucinant, j'ai des emails gardés en archives la preuve de ce que même des endocrinologues sont incapable d'un bon diagnostic.

    Sur le plan clinique, quand on connaît le style de musique en cause, on est à même de se passer d'un contrôle du labo. Outre la difficulté à poser un pied par terre le matin au réveil avant 10 ou 11 heures, une température basale égale ou inférieure à 36,4 prise sous l'aile pendant 15 minutes exclusivement avec un bon vieux thermomètre à mercure chez quelqu'un dont le tiers externe des sourcils est râpé, sont là des indicateurs d'alarme assez spécifiques. Il existe aussi une manière de pincer l'épiderme qui, en fonction de l'observation de l'épaisseur du pli et du degré de douleur occasionné fait partie des vieilles ficelles aujourd'hui assez largement oubliées. Un faut également savoir que les bipèdes dont le poil tend à tirer sur des nuances "poil de carottes" plus ou moins flamboyantes sont plus que les autres prédisposés à une défaillance. Je pense à un rouquin qui a lancé une nouvelle ligne de compléments alimentaires aussi sous dosés que ruineux. C'est un garçon qui serait infiniment plus sympathique s'il n'était pas excessivement "dominant" du fait de ses ambitions mercantiles et qui pourrait bien s'être gouré dans le diagnostic des dysfonctionnements dont il déclare s'être guéri pour mieux nous vendre ses salades. Suivez mon regard. Sinon particulier : nous avons un point commun nous sommes tous deux "catophiles"; 

    Je ne désire pas m'étendre sur le sujet, je l'ai fait sur un site comportant plus de 850 articles parfois courts parfois très longs dont il est très aisé de discerner le style assez inimitable si on tombe dessus. Quant aux médicaments proprement dits, je tiens à préciser de le très calamiteux Levothyrox (qu'il soit au lactose ou au mannitol) n'est que très rarement un bon candidat. Je recours exclusivement à un mélange de T4 et de T3 mais les toubibs ont une peur bleue de la T3 et j'ai expliqué en quoi c'est la preuve qu'ils ne comprennent rien à la pièce. En effet, si une molécule immédiatement active (T3) à demi-vie courte risque de provoquer des effets plus ou moins explosifs rapidement si on a eu la main trop lourde, en revanche les effets non désirés s'estompent plus vite que si, utilisant uniquement la molécule à demi-vie longue, (T4) donc plus lente à agir (car elle doit subir une transformation plus ou moins aléatoire en T3 par le foie), on risque, du fait d'une possible accumulation, d'être incommodé plus longtemps en mettant plus longtemps à trouver le point d'équilibre.

    Il semble exister chez les femmes spécialement, une fréquence importante de signes contradictoires mélangeant signes d'hyper et signes d'hypo, voir des productions excessives d'iode urinaire dont la cause alimentaire ou médicamenteuse est introuvable de sorte le sexe dit à tort "faible" (car il a tendance à devenir excessivement Yang en raison d'un féministe revanchard tandis que l'inverse s'observe chez les garçons de plus en plus terrorisés par des accusations de misogynie...) il s'ensuit que les femmes semblent beaucoup plus difficile à équilibrer. La seule chose sûre étant que si chez les femmes les troubles thyroïdiens parfois me crèvent les yeux, c'est moins flagrant chez nous autres.

    Rassurez-vous, ce sujet est clos, et je vais revenir sans trop tarder à l'évaluation de l'exploit de Frédéric Martel.

     

  • La thèse de Benoit XVI pape émérite sur la cause des abus sexuels dans l'église : c'est pas la faute de l'Eglise mais du monde profane...

    Benoit16.jpeg

    Mon estime pour Benoit XVI a toujours été fort mitigée. Ses efforts pour ramener les "tradis" en communion avec Rome qui se sont soldés par une sorte de décriminalisation de la version latine des offices ne m'a jamais convaincu. Je professe que c'est une connerie monumentale que d'avoir favorisé l'emploi des langues vernaculaires pour l'ordinaire de la Messe. D'abord parce que si je venais à passer une frontière pour exercer en tant qu'organiste, il me faudrait avoir à côté de moi un interprète pour me donner le signal de départ de chaque intervention et ce d'autant plus que tous les curés ont tendance à modifier l'ordonnance d'un office sans jamais prévenir l'intéresser d'éventuels ajouts comme les "scrutins" de futurs baptisés. Les jours de fêtes il faut s'enquérir de la possibilité d'un offertoire à rallonge avec encensements. C'est que les Conservatoires sont totalement inaptes quant à l'apprentissage de l'improvisation qui n'est envisageable qu'après avoir la tête farcie des interdits de la pseudo harmonie ramiste, des règles du contrepoint, de la fugue et j'en passe. De quoi largement stériliser définitivement l'immense majorité des élèves...

    Concernant Benoit XVI, je n'ai pas eu besoin de Frédéric Martel pour arriver à la conclusion que lui et quelques uns de ses prédécesseurs n'étaient guère que ce que l'on appelait autrefois des "honteuses". Rien qu'en voyant le collaborateur le plus proche de ce pontife, j'avais compris... Soit dit en passant Martel raconte l'interminable consécration du personnage en tant qu'architecte avant la fameuse abdication.

    Abus sexuels : "Benoïd 16" sort de son silence ! Mais pour dire quoi ?

    Pour la traduction (non officielle) du texte original en italien voir le Salon Beige :

    https://www.lesalonbeige.fr/abus-sexuels-le-pape-benoit-xvi-sort-de-son-silence-cest-la-crise-morale-de-68-qui-en-est-lorigine/

    Au fond le texte de 18 pages à l'origine, 15 environ pour la traduction, se résume à ceci : les abus sexuels au sein de l'Eglise ? C'est pas de notre faute c'est celle du monde profane avec la crise morale engendrée par mai 68 !

    On tomberait sur le cul en se faisant très mal si on n'était pas habitué de longue date aux refus de l'Eglise de reconnaître ses responsabilités.

    Pour commencer, il faut bien dire que cette façon de se défausser ne peut convaincre personne sinon des dévots aveuglées par leur idolâtries à l'égard d'une certaine forme de pompe romaine et c'est le cas tout particulièrement du Salon Beige, salon où mon avant dernier patron a été présenté par ses fans comme étant susceptible de devenir le futur pape. Sauf que les choses ont assez mal tourné pour lui, puisque le malaise causé par sa propre homosexualité l'a conduit à trop en faire contre le "mariage pour tous" et étant devenu addict au vin de messe, sa hiérarchie l'a poussé à faire une cure de désintoxication qui ne peut pas avoir résolu le problème...

    Cela dit, il faut dire qu'il n'est sans doute pas guéri de son militantisme suicidaire à la mode Barbarin puisqu'il se trouve qu'un candidat à la prêtrise passé entre les mains d'un certain jean-Gérard Roux, escroc en religion notoire a été amené à le rencontrer, en tant que directeur de conscience occasionnel en dépit des centaines de kms qui les sépare... J'en conclus que bien qu'il ne subsiste aucune trace de son passage au sein du Salon Beige, il est encore actif dans certains réseaux caractérisés par leurs tendances plutôt casse gueule... 

    Si la suite vous intéresse, veuillez tourner la page...

    Lire la suite

  • Sodoma and Co : le catholicisme en pleine tourmente

    Sodoma Martel.JPG

    Pour commencer, les réactions à la sortie du livre

    Je me contenterai, dans un premier temps, d'évoquer les réactions à la parution du livre.

    Du côté "catho" et surtout "catho friendly", elles sont très symptomatiques et très emblématiques d'une certaine malhonnêteté intellectuelle ambiante. Je compte, aborder plus précisément le contenu du livre dans un prochain post. Je me pose encore des questions quant à la meilleure manière d'en rendre compte. J'incline à penser que le mieux serait d'extraire de ce pavé d'assez larges extraits pour donner le goût aux hésitants de le lire et de voir par eux-mêmes ce qu'il contient.

    Par chance, j'ai trouvé quelque part sur le Net une version epub du livre qui va me permettre, version papier en mains, d'en extraire des citations qu'autrement il aurait fallu recopier à la main et cette perspective avait plus que tendance à me décourager de revenir sur le sujet. Le problème étant celui de l'embarras du choix. Fort heureusement, j'ai pris la précaution de surligner ce qui m'a le plus frappé...

    J'ai évoqué ce livre le 15 février à l'annonce de sa parution. J'ai annoncé que je m'abstiendrai de "tartiner" sur le sujet mais il y a tout de même bien des choses à dire, ne serait-ce qu'à propos des réactions qui se partagent entre les deux camps que constitue le milieu catholique au travers de médias religieux ou de revues de droite pro catholiques et les médias séculiers et donc profanes qui certes ne sont pas hostiles à la publication de la fameuse enquête mais ce sont abstenu de tresser des couronnes à l'auteur en dépit de l'existence chez nous d'une extrême gauche assez furieusement anticléricale. L'espèce de gêne qui se dégage de l'ensemble mérite d'être souligné.   

    Rien que sur ces réactions, il y a beaucoup à dire et je dois dire que l'hypocrisie et la mauvaise foi des milieux cathos me tape sur les nerfs plus encore que la révélation en chaînes de très nombreux abus. Pour qui a pu voir comment fonctionnait l'Eglise avant mai 68 et comment elle a toujours pratiqué le secret pour préserver son impunité, il n'y a pas de quoi être surpris. J'ajoute que l'attitude consistant, presque du jour au lendemain à dramatiser à outrance des abus après avoir si soigneusement fermé les yeux et une attitude plus que suspecte. On sait ce que je pense de la criminalisation à outrance de ce que l'on décore, souvent à tort et à travers, du concept de "pédophilie". La pédophilie proprement dite, si tant est que le terme soit bien adapté étymologiquement, est assez minoritaire au sein de ces abus. Il s'agit généralement d'un problème d'homosexualité qui s'apparente à de la "pédérastie" plus qu'à une vraie "pédophilie", le terme exigeant de ne s'appliquer qu'au cas d'enfants impubères, ce qui place la limite, chez les garçons au voisinage des 12/13 ans. Or le plus souvent ce sont des adolescents qui sont victimes et dont un bon nombre se sont très bien accommodés d'être devenus les "chouchous" de certains curés... Qu'un ado puisse s'éprendre de son coach sportif, si c'est un précepteur particulier, ne me parait pas chose malsaine à priori, le grand problème c'est que l'exercice en question devient assez excessivement pathologique quand cela se passe au sein d'une religion qui professe un interdit à l'égard des amours masculines. Soit on s'abstient, soit on change de "métier" !

    A propos des réactions ambiantes, je viens du reste de découvrir que Benoit XVI tente de rejeter la responsabilité des abus sexuels dans les médias sur la révolution de mai 1968. La chose date du 11 avril et si je ne suivais pas plusieurs fils d'actualité la chose m'aurait sans doute échappé.

    Ce livre je l'ai lu aussitôt. Cela m'a pris une semaine et j'y au trouvé une surprise dont personne ne parle plus.

    Les médias sont une chose, les catholiques en sont une autre

    Bien que je remplis un certain office purement artistique dans une certaine paroisse, mes contacts avec les fidèles sont assez limités. Je suis tenu à une certaine obligation de réserve et de toutes façon je n'aspire pas à discuter avec des gens qui sont loin d'avoir le degré de culture qui est le mien dans le domaine des religions.

    Je dispose des réactions de trois fidèles différents. Un diacre très influent dans son secteur n'a pas manifesté la moindre gêne ni réticence quand je lui ai demandé s'il avait entendu parler du livre. Je pense que s'il n'était pas toujours si pressé il aurait volontiers discuté du problème avec moi.

    Le second est un homme âgé, un veuf marseillais qui sort du lot ne serait-ce que parce qu'il est au courant que nos ancêtres le Gaulois étaient pires que les Grecs... Ce n'est pas donné à tout le monde... Il n'est pas hostile aux gays et il admet qu'il fallait faire quelque chose et on est d'accord que le mariage n'était pas le terme qu'il fallait employer. Il s'inquiète à cause de ce qu'un courant hostile à l'Eglise ait pu favoriser l'apparition du pavé mais il ne lui vient pas à l'idée de contester la véracité de ce que Martel a révéler.

    La troisième personne est une femme avec laquelle j'ai affaire pour mon "ministère", elle est prête à lire le livre et j'ai profité de l'évènement que constitue sa parution pour attirer son attention sur le fait que les penchants "homos" d'un précédent patron son la cause d'un malaise qui a donne lieu à une addiction au vain de messe tout cela étant la cause d'un prétendu "burn out" qui n'est qu'une vulgaire dépression. Je suis le seul à avoir discerner la cause d'un malaise très visible par l'astrologie d'une part dont les révélations ont été confirmé par un ami qui se trouve avoir connu le personnage alors qu'il n'avait que 16 ans... Cette femme n'a pas poussé les haut cris et j'en déduis que les fidèles sont à présent tellement conscients que des tendances homosexuelles sont répandues chez beaucoup de clercs qu'ils s'en accommodent à partir du moment où ça ne donne pas lieu à des abus sur des enfants.

    J'en déduis du côté des fidèles, le contenu du livre est appelé à faire quasiment l'unanimité. Je n'ai pas remarqué la moindre hostilité quand il m'est arrivé d'en parler autour de moi. Il suscite la curiosité et c'est une très bonne chose sauf que tout le monde n'a pas le temps de lire et de décrypter un monument de plus de 600 pages. Monument auquel l'auteur envisage de publier une suite. Notamment sous la forme d'un chapitre d'enquête historique sur l'histoire de Sodome... Malheureusement difficilement accessible car il faut s'abonner à un certain journal sous sa forme numérique et je suis franchement hostile à  ce genre de racket vu la médiocre qualité de la presse hexagonale. J'aspire même à ce qu'elle crève carrément tellement elle est pourrie !

    Ni chaud ni froid en lisant ce livre, même pas étonné...

    Personnellement, de lire ce livre ne m'a fait ni chaud ni froid. Il est arrivé qu'il me fasse rire.

    Je peux comprendre ce que certains prêtres ont vécu mais je ne saurais les plaindre. Qu'avait-ils besoin d'aller se foutre dans cette galère que constitue la prêtrise telle qu'elle est conçue depuis un peu moins d'un millénaire.

    L'abstinence sexuelle n'a aucun sens à mes yeux mais je déteste les obsédés et je ne vois de solution que dans une forme ou une autre de modération.

    Un chapitre sur la prostitution des migrants assez touchant

    La chapitre portant sur ce qui se passe du coté de la Gare Roma Termini a fait pleurer certains lecteurs. Il m'a certes attendri mais d'une certaine manière c'est peut-être l'un des plus beaux côtés de l'histoire...

    L'arrivée de nombreuses vagues de "migrants" par l'Italie à tendu à faire deux sortes d'heureux. Certains prostitués d'une part et des prêtres en tant que clients. L'auteur a habité le quartier avant d'être invité à loger au sein même du Vatican et il a pu en étudier minutieusement la sociologie et sans nul doute les "commodités". Disons qu'il s'est évidemment comporté en qualité d'enquêteur participant.

    Elle nous vaut une description très imagées des modus vivendi des diverses catégories de migrants pour qui les prêtres "homos" se sont avérés être une excellente aubaine car ils sont prédisposés, pour des raisons économiques et par leur propension à vouloir sauver autrui à être fidèle au "travailleur du sexe" sur lequel ils ont jeté leur dévolu. Quelques prélats (2 ou 3, je ne sais plus) seraient allés jusqu'au bout de leur logique chrétienne mettant fin à toute relation sexuelle et en adoptant leur ancien amant, en dépit parfois, d'un côté très insecure...

    Je trouve cela très touchant mais malheureusement c'est une pratique qui ne peut pas se généraliser...

    Il n'y a pas lieu de dramatiser l'existence de cette prostitution en particulier ni la nouvelle donne consistant à vouloir punir les clients de cette pratique quand elle concerne un commerce entre majeurs consentants. Cette nouvelle mode imposée sous prétexte de défense des femmes est une aberration démentielle qui tend à prouver, qu'à certains égards, la nouvelle société civile est animée d'une forme de puritanisme assez particulier.

    Les migrants qui veulent absolument devenir européens devraient savoir ce qui les attend. Il ne peuvent pas se plaindre des risques encourus. Martel montre que certains s'accommodent très bien de leur nouveau job. Il évoque un certain Mohammed, un tunisien et sa petite star up. Le seul inconvénient est que quand il s'agit de migrants de culture musulmane, il faut être passif et ce genre de chose ne me convient pas du tout.

    Mais quoique très problématiques à plus ou moins longue échéance pour notre "identité", ces vagues de migrants peuvent donner lieu à des idylles plus ou moins romantiques. En théorie du moins... Je dis cela parce que les européens de souche sont de plus en plus "clonés" et j'ai tendance à les trouver assez insipides à tous égards. S'il n'y avait pas entre nous et les "migrants" un contentieux qui tend à nous imposer la défroque de rejetons de colonialistes racistes, les migrations, à petites doses, pourraient être une excellente chose.

    Une découverte inattendue, savoir l'expertise renversante d'un dominicain gay friendly nommé Adriano Oliva

    Certes on a parlé de son livre paru en octobre 2015 soit bien avant la sortie de Sodoma et étrangement la chose m'a complètement échappé et c'est bien la preuve que contrairement à ce qu'on insinué les dévots d'un certain Frithjof Schuon

    On ne saurait manquer une telle enquête et j'ai découvert dans ce livre une chose à laquelle je ne m'attendais pas, à savoir qu'un dominicain spécialiste de Saint Thomas d'Aquin a été sollicité (indirectement) par le Pape François pour traité des buts du mariage, du problème des divorcés remariés et du statut chrétien de l'homosexualité. Et le résultat est assez étonnant puisque le spécialiste en question a déduit de son expertise que le but du mariage n'est pas la procréation, qu'il s'agit d'un objectif secondaire et que donc la raison d'être c'est l'amour : être unis en une seule chair. Mais là où on se pincerait si l'on n'était pas un peu préparé c'est qu'au bout du compte, Adriano Oliva, l'expert en question aurait conclu à la licéité des bénédictions de couples de même sexe dont on sait qu'il on été pratique assez largement du côté oriental.

    J'ai déjà évoqué l'ouvrage de John Boswell l'historien américain sur les unions de même sexe et je dois préciser que je suis en désaccord avec la thèse de l'auteur qui tend à insinuer que les églises chrétiennes aurait reprise à leur compte une pratique antique.

    C'est faux ! Les "canons" antiques du côté grec c'est la relation initiatique et à visée didactique, relation temporaire, d'un jeune adulte avec un adolescent qui s'enracine dans une tradition guerrire avec, aux XVIIIème sicle avant J.C. la pratique probatoire du "séjour en brousse"... Côté romain les choses étaient plus banales : le caractère naturel et en soi innocent de l'attrait pour le même sexe était admis mais pas touche aux fils de famille...

    Cela dit je devrais sans doute consacré à la question un autre post car je n'ai pas le livre du dominicain en question. Et je dois dire que contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, si tant est qu'Adriano Oliva ait vu juste et bien je m'en tape ! Je n'ai jamais senti la nécessité de m'inféoder à la doctrine de l'Eglise pour juger de ce qui est moral ou ne l'est pas ! Je ne cesserai de répéter que le concept de "loi naturelle" est une FOUTAISE ! Tout simplement parce que les lois sont d'ordre culturel de sorte qu'elles n'ont rien à voir avec la nature. Est considéré comme naturelle une chose, une tendance qui se produit assez spontanément et en l'absence d'interdit biblique et de pression sociale homophobes on verrait quantité de gens se montrer plus ou moins bisexuels. Le sexe est certes ordonné à la procréation mais pour que la chose fonctionne de manière à la survie des espèces, il fallait bien attaché à cette fonction une gratification qui peut être recherchée pour elle-même. A conditions, bien entendu de ne pas nuire à des intérêts supérieurs, à savoir de négliger certains devoirs etc...  

    Les éléments déchaînés contre le Vatican !

    Il n'y a pas eu de morts, sinon on pourrait dire que ça tombe comme à Gravelotte !

    Le livre de Frédéric Martel intitulé "Sodoma" n'est pas le seul souci actuel au sein du Vatican et chez ses dévots : dans le même temps que cette bombe de 630 pages paraissait, sur Arte, un film évoquant l'existence de nombreux abus sexuels perpétrés sur des nonnes et dénonçant un véritable proxénétisme clérical.

    Toujours dans le même temps le Primat des Gaules monseigneur Barbarin se voyait condamné à 6 mois de prison avec sursis pour n'avoir pas fait ce qu'il fallait dans le cadre de l'affaire Preynat.

    Du côté de la presse catholique et des médias "catho friendly" on dénonce un complot et ce qui est irritant c'est la mauvaise foi dont on fait preuve. Je vais en donner un échantillonnage... Mais enfin quoique veuille faire et dire les catho activistes, rien ne sera plus comme avant. Côté abus plus ou moins "pédophiles", la coupe est pleine et il va falloir que quelque chose change ! Mais je ne sais pas quoi...

     

    Lire la suite

  • Cagade monumentale au sommet du Vatican : le pape François canonise un pape notoirement homosexuel !

    Paul VI pape diabolique.jpg

    ratzinger.jpg

    Un ami astrologue (c'est le seul que je connaisse qui soit au fait de toutes les techniques mais inutile de le solliciter il ne consulte pas) vient de publier une étude astrologique sur "la Montini" à propos de la canonisation d'un pape assez franchement "démoniaque" non parce qu'il fut gay mais parce que ses passions on sans doute permis à certains cercles d'influence de le tenir sous leur coupe. Soit il a collaboré de son plein gré mais il se peut aussi qu'on l'ai fait chanter...

    Voir : https://astrojournalblog.com/2018/10/14/paul-vi-le-pape-homosexuel/

    Attention : cette page donne un lien foireux vers un fichier en gzip et j'ai eu un mal de chien à en tirer quelque chose. Le lien télécharge un fichier sans extension et j'ai passé une heure à trouver une solution.

    Vous trouverez ici un fichier en pdf reproduisant la page de catholicapedia, un site qui dénoncer certaines anomalies. L'inconvénient de ce pdf est qu'il n'est pas indexé sur l'évolution possible de la page. Je ne comprends pas du tout la politique de ce site. En fait, j'ai noté des tas d'anomalies sur ce site dont une partie aurait été récupérée dans le cache de Google.

    Enfin beaucoup d'informaticiens sont tarés, l'est également celui de mon hébergeur qui interdit d'entreposer des fichiers txt qui sont sans danger.

    Notez que les cagades façon gay friendly n'ont pas manqué à Rome, il faut se souvenir de l'admiration de Benoist XVI et de son très remarquable secrètaire pour le fameux Gay Circus !

    http://resistance-catholique.org/articles_html/2011/01/RC_2011-01-24_un-spectacle-revelateur-au-vatican.html

    Lire la suite

  • Un ouvrage capital : "La cité perverse, libéralisme et pornographie" de Dany-Robert Dufour

    index.jpg

    Je me suis procuré ce livre sur le conseil d'un ami.

    Je ne suis pas sûr de pouvoir faire une recension scrupuleuse de ce pavé de près de 400 pages. C'est même très improbable car il n'existe aucune version numérique et je me vois mal le scanner de façon à pouvoir faire les nombreuses citations qui s'imposeraient.

    Le prologue est remarquable qui démontre que nous sommes tombé sous le joug d'une véritable pornocratie.

    Les choses commencent à se gâter dès le premier chapitre sur le XVIIIème siècle où l'auteur situe le grand renversement de la métaphysique occidentale, de Pascal à Sade.

    D'abord, il ne s'agit pas d'un renversement métaphysique mais plus simplement des conséquences d'un simple dualisme augustinien entre sa théorie opposant son projet d'un cité de Dieu à celle d'une cité du diable.

    Dans le fragment 43, p 51 l'auteur déclare que Augustin a négligé un détail - qui se révèle au moment où il affirme la nécessité du "mépris de soi". C'est, dit l'auteur, étrange puisque Augustin est tout simplement l'inventeur du concept de "personne" avec son intériorité en Occident.

    Un petite parenthèse pour souligner qu'un ancien lecteur m'a récemment rebattu les oreilles avec le personnalisme comme invention propre au christianisme. Oui certes mais c'est tardif et on retombe toujours sur le duo notoirement suspect de Paul et d'Augustin. Soit dit en passant l'orthodoxie consent du bout des lèvres à considérer Augustin comme "saint" mais rejette assez violemment la qualité de Père de l’Église qui lui est accordé par le catholicisme romain. Pour ceux que cela intéresserait voici de quoi s'informer sur la position de la théologie orthodoxe:

    http://www.forum-orthodoxe.com/~forum/viewtopic.php?t=1008

    Je ne suis certes pas très catholique puisque je consens a me revendiquer comme "un peu païen" mais il me semble assez difficile de vouloir me faire griller sur un bûcher en tant qu'hérétique.

    Lire la suite

  • "La tyrannie du plaisir" d'un certain Jean-Claude Guillebaud

    tyrannie.jpgL'existence de ce livre m'a été signalée par un ami, ancien professeur éminent de Lettres, plutôt assez franchement athée et même voltairien qui l'a découvert dans un dossier du Journal La Croix dont un proche l'a fait bénéficier à l'essai.

    Il a retrouvé dans ce dossier trace des faits dont je l'avais informé concernant le traitement de l'homosexualité depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.

    L'auteur est un chrétien de gauche et il n'apparaît pas hostile à priori à l'orientation dont il s'agit. Il avoue avoir cru en Mai 68 et s'en être réjouis avant de déchanter. Comme l'ouvrage se trouve aisément d'occasion pour 3 francs 6 sous, je l'ai acquis et j'ai entrepris de la lire. Tout va bien jusqu'au chapitre 6 intitulé L'Antiquité imaginaire.

    Toute ce qui concerne les effets paradoxaux de mai 68, cette révolution sexuelle de la jeune bourgeoisie estudiantine témoigne d'une certaine lucidité. Il commence par pointer la grande cause du retournement que l'on est en train d'observer, à savoir certains excès "pédophiles" qui sont apparus dans la foulée de Mai 68. Il faut rappeler qu'un certain "gauchisme" avait imaginé de "libérer" la sexualité des enfants et des adolescents dans un but de guerre, à savoir de faire saborder le modèle classique de la famille traditionaliste.

     
     

    Lire la suite

  • Un monde en pleine panique....

    Faute d'actualités traditionalistes force est de se rabattre sur les prolongement de la "crise du monde moderne". Essayons de faire le tout de la question... 

    Politique internationale

    Donald trump.jpg

    J'ai préféré Donald Trump à la vieille sorcière nommé Clinton. Son côté décalé ne faisait rire! Il laissait entendre qu'il allait se dégager de différents théâtres d'opérations dont la Syrie mais ça n'a pas été le cas. Il prétend que l'Otan lui coûte trop cher mais les provocations américaines anti russes se multiplient à l'intérieur de l'Europe. Voilà qu'il a dénoncé l'accord iranien et menace le monde entier dont l'Europe de représailles commerciales et l'UE entend répondre sur le même ton. Difficile de prévoir ce qui va résulter de ce vent de folie sauf que cela va probablement nous coûter plus ou moins.

    Sur le plan intérieur et franco français, ce n'est pas mieux !

    Enfin, bien que la Taubira voudrait réduire Poutine en lamelles, il est rassurant de savoir que la Russie est supérieurement armée, que sa diplomatie est un modèle de prudence et que si les USA allaient trop loin, ils risquent de ne pas peser lourd en cas de conflit.

    Il n'empêche que ce qui se trame est assez illisible. La part des "gesticulations" est évidente et l'on apprend au final que la Corée du Nord que l'on croyait out retravaille d'arrache pied à sa nucléarisation...

    https://fr.sputniknews.com/defense/201807041037056717-russie-armes-liste/

    Polémique au sujet des 500 000 € de la nouvelle vaisselle de l'Elysée sur fond de baisse des aides

    ruffin.JPG

    https://www.lci.fr/politique/vaisselle-de-l-elysee-macron-peu-importe-le-prix-pourvu-que-nos-majestes-se-restaurent-en-toute-dignite-raille-ruffin-2090950.html

    Après la romance télévisée des amours romantiques du Président avec sa seconde "grande mère" (amie de sa vraie grand mère biologique) un nouveau "foutage de gueule" à l'adresse de la France profonde souffrante et gémissante. Mais qu'à cela ne tienne, il fallait faire connaître à l'étranger l'excellence de la manufacture de Sèvres.

    Parlons un peu de la romance en question : on y a évoqué la rumeurs qui a voulu faire du locataire à titre gracieux du palais parisien un "crypto gay". Erreur, il est de plus en plus clair qu'il n'y a guère que la politique qui fasse bander celui qui tient la destinée de la France et des français entre ses mains. Il est probablement "asexuel", c'est une nouvelle maladie qui tend à se répandre.

    La Gay Pride bientôt promue fête nationale

    Morano.JPG

    Nadine Morano est visée par une plainte pour injure homophobe. Et "Transphobe" ! C'est nouveau, çà vient de sortir !

    L'Assemblée Nationale était-elle dans son rôle en pavoisant aux couleurs du mouvement LGBT ? Pourquoi ne pas faire du 14 juillet une seule et même fête Nationale. On réaliserait ainsi le rêve de ces pamphlétaires qui ont lancé des textes impérissables comme Les enfans de Sodome à l'Assemblée Nationale et Les confédérés vérolés et autres plaisanteries. Sauf que la première a revêtu un caractère prophétique.

    Voir https://archive.org/details/lesconfdrsvrolss00maur

    Nadine Morano n'est pas mon idole mais le fait d'avoir repris une photo publiée dans le journal Minute aux cotés du nouveau drapeau français quasi officiel n'implique pas qu'elle soit homophobe. Les exhibitions constituées pour une large part de "folles tordues" et autres excentricités parodiques ce n'est pas ce qui risque de convaincre la population que le fait d'éprouver de l'amour pour ses semblables puisse constituer un délit, un danger ou une faute de goût. Oui à force de démagogie, la France est devenue "décadente" et s'expose à être méprisée. Quoiqu'il en soit en l'admettant je n'encours aucun risque je n'ai rien contre les "homos" lorsqu'ils s'abstiennent de se ridiculiser de façon grotesque.

    Si c'était encore de mon âge, je paraphraserai Sacha Guitry en disant les "homos", je suis contre et même tout contre !

    Selon le Pape François  c'est "Dieu" qui fait les gays !

    Voir http://www.slate.fr/story/162078/pedophilie-eglise-chilienne-pape-francois-victime-gay

    «Juan Carlos, le fait que tu sois gay importe peu. Dieu t’a fait ainsi et Il t’aime ainsi et cela ne m’intéresse pas. Le pape t’aime comme tu es. Tu dois être heureux comme tu es.»

    Les milieux cathos conservateurs ont préféré faire la sourde oreille et quand on évoque cette saillie, ils vont jusqu'à même en cause la fiabilité du rapporteur. Or l'existence d'un précédant ne permet aucun doute à ce sujet.

    Enfin personne n'a pensé à objecter que l'on pourrait appliquer la formule, mutatis mutandi comme dirait Schuon, aux meurtriers. sauf que si le Pape a dit cela c'est qu'il exclut un tel rapprochement. Mais puisque c'est Dieu qui fait les gays, il a manqué de nous dire pourquoi. Or j'ai déjà donné la réponse qui peut s'énoncer ainsi : l'attirance sexuelle et érotique se moque fréquemment de la différence polarité sexuelle et il parait que les pingouins forment volontiers des couples gays. Pas d'autre solution que de voir là un upaya, ou ruse divine susceptible de rapprocher des êtres fort différents au mépris des races et des classes. Maintenant si c'était seulement pour se marier et devenir des parfaits consommateurs afin de faire marcher toutes sortes de commerce, ça serait un peu court... 

    Rappelons que les églises chrétiennes ont béni des couples d'hommes et de femmes (création de frères) bien avant que le mariage catholique ne soit formalisé 1215), ce n'est certes pas pour favoriser ce que l'on appelle, depuis 1869 "homosexualité". Je présume qu'elle ont fait le pari d'aider ainsi à la sublimation d'affections "sensibles", susceptibles si elles n'étaient pas encadrées de conduire à un certain "nomadisme sexuel". On a essayé de nous convaincre qu'il se serait agi d'alliance comparables aux mariages quand il s'agissait de favoriser des relations harmonieuses et constructives et d'empêcher qu'elles se fassent la guerre. C'est faux archi faux car si ma mémoire est bonne cette institution a été adoptée par des clercs. Voir l'histoire de ces prêtres portugais qui se sont mariés à la messe à Rome telle qu'elle a été rapportée par un célèbre philosophe français qui fit le tour de l'Europe pour prendre les eaux et soigner sa gravelle. J'ai nommé Michel de Montaigne.

    Il est question dans son journal de Portugais "qui s’épousaient mâles à mâles à la messe, avec mêmes cérémonies que nous faisons nos mariages, faisaient leurs Pâques ensemble, lisaient le même évangile des noces, et qui couchaient et habitaient ensemble..." Cette innovation d’exagération conformiste produit sa sanction : " Il fut brûlé huit ou neuf Portugais de cette belle secte. "

    Après la démagogie pro lobby LGBT la canonisation laïque de Simone Veil

    Simone-Veil-au-Pantheon-une-decision-de-tous-les-Francais-pour-Macron.jpg

    J'imagine qu'après avoir fait de Macron un chanoine honoraire de Latran, le pape François n'a pas du apprécier la panthéonisation d'une "faiseuse d'anges". On ne s'attardera pas sur cette triste nouvelle. Encore une manoeuvre purement démagogique pour rallier les suffrages d'un maximum de femmes.

    Scandales pédophiles : quand c'est fini ça recommence !

    Cette affaire mettant en cause un professeur de chant exerçant dans une école libre catholique qui vient d'écoper de 16 ans de réclusion est vraiment caractéristique de l'incroyable aveuglement qui règne dans certains milieux. On en est réduit à se pincer en lisant : comment un prof qui se faisait appeler "papa d'amour" a pu exercer ses ravages sur des fillettes pendant si longtemps sans que personne ne bronche !

    Interdiction des relations sexuelles aux moins de 15 ans

    Le Sénat s'apprête a examiner un texte visant à réglementer les relations sexuelles des mineurs et si possible de les interdire au point de considérer à priori qu'aucun consentement n'est possible de la part de moins de 15 ans révolu avec pour conséquence de faire comparaître en Cours d'Assise les mineurs susceptibles de s'être envoyés en l'air jusqu'à 15 ans révolu moins 1 jour.

    Dans ma grande naïveté je croyais le problème résolu depuis longtemps mais ce n'était pas le cas. Une affaire retentissante la démontré. J'ai poussé la prudence jusqu'à estimer qu'il fallait attendre 18 ans voir plus pour prendre le risque de coucher avec un garçon car avant cela il risque toujours de se laisse retourner par son entourage. Ce dernier peut bien sûr exercer un chantage et des juges ont condamné sur la base d'une soustraction à l'autorité parentale même lorsqu'il a été prouvé qu'elle avait cessé d'exister.

    La Suède vient de contraindre ses ressortissants adultes à filmer leurs ébats par précaution

    Ce pays que l'on présente comme étant à la pointe du progrès en de nombreuses matières vient de voter une loi qui à pour effet de contraindre tous les adultes à s'entourer de précautions lorsqu'il s'agit de "concrétiser" avec une partenaire de rencontre. Ce sont évidemment les hommes qui doivent assurer leurs arrières. Tout cela étant la conséquence du mouvement #Me Too consécutif à l'affaire Weinstein. Évidemment il découle de ce genre d'innovation un véritable renversement quant à l'obligation de preuve.

    La preuve d'un fait est à la charge de celui qui l'allègue selon l'un des anciens adages judiciaires. Le mâle étant considéré à présent comme un prédateur constitutionnel et non pas simplement "potentiel", il est présumé coupable et c'est désormais à lui de se prémunir contre une éventuelle accusation et donc de s'équiper d'un matériel discret pour enregistrer, voir filmer, à l'insu d'une partenaire, ses éventuels ébats et bien sûr de hautement sécuriser le preuves de sa bonne foi !

    Désormais en Suède, ce sont toutes les relations qui sont visées : celles hors mariage mais aussi celles entre conjoints puisque des femmes accusent leur mari de viol... Il ne reste plus qu'à faire "la chose" sous l'oeil (forcément lubrique) d'un huissier mais une webcam discrète reste plus économique mais combien de téras octets pour toute une vie.

    D'autre part, notons encore que la justice estime qu'il vaut mieux tuer 8 enfants (comme Dominique Cottrez qui n'a eu que neuf ans de prison, qui n'a fait que la moitié et qui vient de sortir) plutôt que d'avoir des relations consenties avec quelqu'un de 14 ans et 11 mois, où c'est un crime passible de 30 ans...

    Le monde actuel est tellement détraqué que personne, absolument personne n'est plus capable de protester contre cette folie. Ce n'est rien de dire qu'on marche sur la tête !

    Pendant ce temps là la ville de Nantes est sujette à des émeutes qui ne présagent rien de bon surtout en plein été...

  • Pire que la menace terroriste : "Ali Juppé" comme futur président des Français !

    Juppé_Tareq Oubrou.jpg

    L'annonce d'un possible renvoi de Sarko 1er en correctionnelle est une mauvaise nouvelle bien qu'il mérite d'être condamné et rendu inéligible car elle renforce les chance d'un "Ali Juppé" de devenir le khalife des Français et ce serait l'assurance d'une véritable soumission rampante et progressive à l'Islam. Et ce, en attendant que la fertilité des musulmanes, grassement subventionnées par nos sacro saintes allocations, ne permette de renverser la constitution en imposant la loi islamique.

    Il apparaît nécessaire, bien que je n'éprouve aucun goût pour la politique pourrie dont nous sommes les victimes, de faire le point à ce propos et de proposer en particulier une certaine vidéo comme sujet de réflexion.

    Lire la suite