Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tagada - gardien du musée Guénon

  • "Madeleine", l’égérie de Schuon a cessée d'être une inconnue

    9d6544eff919ba6822b1d9f44baee0e2?s=160&d=identicon&r=g

    Ce qui suit est la reproduction d'une annexe terminale du Dossier Schuon dans sa version de 2015, en cours de mise à jour.

    L'image de Maude Murray ci-dessus est linkée depuis le blog dont est extrait une partie des informations qui suivent. On ne peut qu'être reconnaissant à cette femme de nous avoir affranchi au sujet des péripéties de son ex gourou.

    Nous pouvons à présent accoler un nom de famille à cette Madeleine qui a du changer de nom par son mariage avec un tiers. Ce nom d’épouse, il est possible qu’il ait été indiqué dans la précédante mouture de la version indiquée ci-dessus.

    =============

    Le témoignage de Maude Murray

    Ces noms sont certes sans importance et ce qui est beaucoup plus intéressant, c’est que nous disposons à présent, grâce au blog de Maude Murray, de précisions sur les conséquences psychiques dévastatrices de la « crise » amoureuse engendrée par la rencontre de Schuonavec cette femme qui, rappelons-le était ou est la sœur d’Albert Oesch qui devint le moquadem de Schuon pour la Suisse. Il se peut en effet qu’elle soit toujours vivante.

    Voir : https://frithjofschuon.wordpress.com/frithjof-schuon-madeleine-oesh-francais-english/

    Lire la suite

  • "Tagada" édite son propre "Dossier Schuon"

    1015488976.jpg

    Attention : Ne faites pas comme un de mes correspondant qui en parcourant distraitement le texte que j'évoque n'a pas réalisé que je précise bien qu'il s'agit de l'oeuvre d'un tiers !

    Intérêt de ce texte

    L'intérêt de ce texte, s'il ne nous apprend rien de vraiment nouveau et qu'il a exploité une partie des correspondances venant de correspondant de Guénon et en particulier Caudron et Clavelle. S'agissant d'un fond conservé au Caire, je n'y ai pas eu accès, n'en ayant pas fait la demande mais je connais bien celui qui les a transcrites en partie pour la "fondation". Ce mini "Dossier" avait pour but principal de démontrer l'inexistence de la transmission initiatique dont Schuon s'est prévalu. Ce n'est pas à proprement parler un scoop car dans la version de 2015 de mon propre "Dossier Affaire Schuon" j'avais publié le fac similé du ducument en arabe et l'essentiel de sa traduction. Ce qui est quasiment nouveau dans le texte de "Tagada" c'est la révélation du nom de famille de l'égérie de Schuon, la fameuse "Madeleine".

    Révélation de l'identité de la fameuse Madeleine

    M'étant borné à zapper cette série de post sur La fonction de Frithjof Schuon, je ne m'en étais pas rendu compte. Il se trouve qu'un correspondant momentanément distrait a lu attentivement ce "papier" et a cru qu'il venait de votre serviteur. Et après des recherches sur Madeleine Oesch, il est tombé sur le blog de Maude Murray, que je connaissais mais n'ait pas suivi et qui avait publié de son côté, probablement fin 2017 le contenu d'un mail qui m'avait échappé.

    J'ai du reprendre le "Dossier" version 2015 et l'augmenter d'une annexe sur cette révélation. Il se peut que dans la version en ligne j'ai révélé le nom d'épouse de Madeleine mais sans aucune certitude. L'identification précise de cette Madeleine est en soit sans intérêt. En revanche le contenu du mail reçu par Maude Murray et publié par elle, ainsi qu'une correspondance de Clavelle à Guénon citée par "Tagada" montre à quel point Schuon, en tombant amoureux de cette femme était "immature" et probablement encore "puceau" à 30 ans. Le mérite de "Tagada" consiste à avoir démontré pourquoi et à quel point Schuon en est arrivé à délaisser ses disciples français. De plus les extraits cités confirment ce que l'on savait déjà sur l'attitude de Schuon et des Suisses à l'égard de Guénon.

    Il faut espérer qu'à présent que "Tagada", un commentateur de Guénon considéré comme l'un des plus "orthodoxes" ne fait en définitive que confirmer ce que j'ai moi-même révélé et démontré, les amateurs de tradition franchiront le pas consistant à se référer à ma propre enquête. Cela dit si Schuon n'aura été qu'un imposteur en tant que prétendu moquadem, s'il s'est monté la tête, il n'était pas complètement zinzin. Il a écrit des choses intéressantes qu'il faudrait à présent extraire de son oeuvre.

    Un nouveau post sera consacré à ce que je viens d'évoquer.

    ====================

    La communication qui m'a été faite au sujet de "Tagada" a eu pour effet de me faire découvrir une mise en cause de Frithjof Schuon datée du 1er février dernier. Elle est intitulée La fonction de Frithjof Schuon et avait pour but de conclure à l'irrégularité des initiations données par Schuon. Ce qui n'est pas précisément une découverte !

    Puisque la "fonction" de Schuon n'aura été que celle d'un imposteur, le titre est pour le moins mal choisi.

    Évidemment, aucune référence n'a été faite à ma propre enquête. Et pour cause ! Leur envergure réciproque est pour ainsi dire inversement proportionnelle. Tant par l'étendue de la pagination : moins de 100 pages dans le cas de "Tagada" (commentaires compris), contre presque 10 fois plus, avec les sources dans celui de votre serviteur.

    Voyez : https://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/2019/02/la-fonction-de-frithjof-schuon.html

    Lire la suite

  • Du nouveau sur "Tagada" le "scribe" du blog "Oeuvre de René Guénon"...

    569457943.jpg

    J'ai évoqué cette figure de la "postérité" de René Guénon qu'est le fameux "Tagada" à différentes reprises. Bien qu'à un moment donné j'ai cherché à entrer en contact, je ne peux pas dire que je me sois vraiment intéressé à ce personnage qui manque par trop de relief de surtout d'originalité. Toutefois dans la mesure où il occupe une certaine place dans le "milieu guénonien" il n'est pas possible de passer sous silence son existence.

    Or il se trouve que j'ai reçu un mail m'incitant à poursuivre une enquête entreprise par un particulier dont je ne sais rien, si ce n'est que sa langue maternelle n'est pas le français. En effet, il m'est impossible de le "tracer" car il utilise la même messagerie suisse (cryptée et sécurisée) que votre serviteur et il m'a fourni un pseudo ne menant nulle part. Je ne vois guère de possibilité de mener l'enquête là où il faudrait, c'est-à-dire du côté d'Arles et d'une secte hindouisante où une certaine Tara Michaël est partie prenante avec un gourou d'origine russe.

    "Tagada" auteur d'un nouveau "Dossier Schuon"

    Le rappel de l'existence de ce personnage assez suractif m'a permis de découvrir qu'il vient de publier son propre "Dossier Schuon", qui hélas s'avère d'une pauvreté insigne comparée à la version 2015 de ma propre enquête. Je consacrerai donc à cette mise en cause de Frithjof Schuon un post. Ce sera une bonne occasion de rappeler l'ampleur de mon propre travail qui est sans commune mesure avec le travail éminement scolaire de "Tagada".

    Un "Imam" hindouisant...

    Je reprends, pour illustrer le présent post, une photographie constituée d'un montage confectionné à partir d'une photo trouvée sur le net. Le personnage de gauche est censé caricaturer "Tagada" mais en réalité ce dernier n'aurait que 34 ans et l'image pourrait correspondre à un mentor plus âgé. Notez également que si j'ai dépeint le personnage comme étant l'imam Tagada, sauf qu'il ne serait pas musulman mais hindouisant.

    Une enquête malaisée

    D'une part, je ne suis pas suffisament intéressé à découvrir l'identité et surtout la personnalité de "Tagada" et le voudrait-je que ce serait excessivement malaisé. Le seul moyen d'en savoir un peu plus serait de me rapprocher de la secte dont il faut partie. Il se trouve qu'elle organise des stages de yoga à Arles mais outre que je ne suis pas intéressé par cette discipline un cycle est en cours et il faudrait prendre le train en marche. En dehors d'une observation participante, je ne vois guère de moyen d'entrer en contact avec ce milieu. Indépendemment de l'investissement à consentir, je n'ai pas les codes pour me "fondre" dans un milieu qui ne m'intéresse pas spécialement.

    En revanche, je ne vois aucun inconvénient à publier les informations qui m'ont été communiquées. Sous toutes réserves, cela va de soi mais enfin comme "Tagada" porte un maque une erreur éventuelle, ne porterait pas à conséquence. Il se peut également que la publication de ces infos incitera quelques langues à se délier.

    Mon informateur qui n'est pas "guénonien" mais déclare avoir étudié l'oeuvre de Guénon pendant 7 années environ reproche à Tagada de tenir un privé des propos en désaccord avec l'oeuvre. J'ai demandé à ce qu'on m'en dise davantage mais si cette découverte résulte d'un échange avec un certain "Luc" censé correspondre à "Tagada", il ne faut pas s'attendre à trouver sur le Net des preuves de l'hypocrisie imputée à cet acteur. Néanmoins, on est en droit de se poser des questions à son sujet et de vouloir le "cadrer".

    Un (bon) "pirate" de l'oeuvre de Guénon

    Ce qui ressort assez nettement c'est qu'il est en désaccord avec la tournure qu'à prise la réédition de l'oeuvre de Guénon et qu'il aurait aimé jouer un rôle positif dans ce domaine. Ce qui explique qu'il ait participé à une édition "pirate" de l'oeuvre, notamment par le biais d'un site canadien. Cela dit je ne vois rien à objecter à çà ! J'ai jugé la prolongation de la durée de protection post-mortem des oeuvres de l'esprit à 75 ans comme étant à la foi très immorale (car elle permet à une descendance souvent méprisable au regard du génie éventuel de l'oeuvre considérée de vivre grassement sans rien foutre !!!!!!!!!!!) et même préjudiciable, dans certains cas à l'oeuvre elle-même.

    Je me propose donc de citer partie des mails reçu en espérant que ces "révélations" susciteront plus ou moins de confirmations. Il est bien entendu que si j'apprenais l'identité exacte et complète de "Tagada" (et de son mentor car il ne serait que sa "cheville ouvrière") je me bornerai à ne publier que des précisions relatives à la personnalité et au parcours de ces acteurs.

    Lire la suite

  • Bruno Hapel est de retour (...) avec ses propres limites...

    41WQ-DJ8JWL._SX330_BO1,204,203,200_.jpgL'un des mes informateurs m'écrivait ceci :

    Autre truc intéressant (je vous envoie les liens) un blog Bruno Hapel est apparu...

    Oui c'est relativement nouveau ça date de 2016

    On y trouve à boire et à manger. Hapel y éreinte joliment le vizir Gilis.... Hapel est plus lucide que la moyenne (il est vrai que la moyenne des guénonistes c'est pas fameux) mais son fétichisme des textes est aberrant: des gens comme lui, Pierozak ou l'horrible Tagada recueille inédits et versions alternatives, à la virgule près comme s'il s'agissait de logia de Jésus ou de feuillets de Platon exhumés au grand jour !

    Le cas de Pierozak est à mon avis très différent, il vit dans un autre monde, les U.S.A. et il n'a rien à voir au point de vue mentalité avec ces "franchouillards" qui ont voulu faire de l'œuvre de Guénon leur "chose"... De plus il a fait un travail remarquable avec son index et il n'en tire aucune vanité ni le moindre intérêt...

    Le plus drôle c'est qu'en fait, croyant lui être dévots, ils trahissent la volonté de Guénon qui avait stipulé à Luc Benoist (lettre 17/06/1943) qu'il ne voulait que soient publiés que les écrits parus sous la signature "René Guénon" !

    Lire la suite

  • "Tagada" le dépressif et ses exploits : réactions - Un pote de Sali Laïbi le dentiste ?

    depression-1.jpg"Tagada", il faut le rappeler c'est le mec qui gère le blog sur l'œuvre de René Guénon...

    Je reçois le mail suivant ou j'ai intercalé mes observations:

    J'ai lu tranquille ce matin les news du blog. RAS: merci pour le cadeau du Papa Noël, votre "bio digest" met les choses au point et évitera les fantasmes du genre contre-initié ou/et père fouettard.


    Lu aussi l'échange avec l'imam Tagada: la routine ! C'est vraiment l'"autolobotomisé" guénoniste typique. Sans son obsession et son apostolat de gardien du musée René Guénon, ça vie n'aurait pour lui pas de sens, vraisemblablement.

    Je remarque son français assez bizarre, plutôt plat et, comme vous, son manque d'humour...C'est désespérant, mais tant qu'il y a de la vie, il y a espoir de réscipicence.

    Espérons...

    Je me souviens avoir lu jadis quelque part sur un fil autour de Guénon sans doute que ce "Tagada" était qualifié par un des intervenants de "copiste" et d' "ancien ami de Salim Laïbi".

    Lire la suite