Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Où l'on reparle d'un Tartuffe, savoir Mgr Jean-Gérard Roux, faux prétendant à la lignée Ngo Dinh Thuc

jean gérard Roux.JPG

 

Le moyen de se refaire une petite santé, quand on est accablé par la méchanceté ambiante comme facteur de graves malentendus, n'est-elle pas d'essayer surtout de détendre l'atmosphère en essayant de rendre communicatif ce qui nous distinguerait parait-il des animaux, savoir le rire !

Une bonne âme a dirigé vers votre serviteur une homme d'âge quasi canonique qui après avoir éprouvé une vocation tardive est pour ainsi dire tombé dans les pattes du très gracieux personnage que se fait admirer sur Face de Bouc et que vous apercevez ci-dessus. Il ne s'est rendu compte qu'il s'était fait couillonner par une faux évêque qu'après que ce dernier se soit mis à raconter des salades du style Benoist XVI il était pédé et tatati et tatata ! Qu'est-ce qu'on s'en fout si tant que ce soit vrai !

Jean-Gérard Roux n'a jamais été consacré par Ngo Dinh Thuc: ayant hérité par transmission notariale des archives du très inconnu et très mystérieux auteur d'un site aujourd'hui disparu et qui a connu son heure de gloire dans les années 90 sous l'intitulé Episcopi Vagantes, je suis formel. Je donc suis très étonné que le farceur dont il s'agit puisse encore faire des dupes...

Il suffit en effet de googéliser son nom pour obtenir immédiatement plusieurs mentions d'un ou plusieurs procès datant de l'époque où le très photogénique personnage a pu mettre la main sur une communauté religieuse sise à la Ferté Gaucher. Voir en particulier :

https://actu.fr/ile-de-france/coulommiers_77131/la-ferte-gaucher-le-troublant-eveque-juge_7585817.html

Ce personnage a bien fait de la préventive mais il trouve toujours le moyen de retomber sur ses pattes.

Voir : http://www.leparisien.fr/seine-et-marne/le-faux-eveque-emprisonne-a-fresnes-16-12-2004-2005542345.php

Enfin pour ce qui concerne celui qu'il a trompé, il y a des gens qui ne regardent pas où ils mettent les pieds. C'est égal ! Soucieux de travailler à la salubrité publique votre serviteur se doit de faire en sorte que l'on sache que si sa qualité de prêtre est discutable, sa prétention à avoir été consacré par Mgr Ngo Dinh Thuc est un mensonge.

Oserai-je dire que je vais jusqu'à douter qu'il ait pu attendre d'avoir procédé à une ordination pour consentir à se lâcher sur un sujet qui le fascine. Ça le démange et il semble adorer tout ce qui est glauque dans ce domaine.

L'auteur du regretté site Episcopi Vagantes peut se vanter d'avoir été à l'origine de l'enfermement très provisoire du drôle par le biais d'une de ses anciennes paroissiennes qui s'est chargée de diffuser tous azimuts un certain curriculum.

Curriculum et Cie sur demande

Il est envisagé, si quelques demandes venaient à être faites de ressortir du dépôt numérique évoqué ce fameux curriculum et un pamphlet assez succulent intitulé La Mitre et la Pizza. Éventuellement accompagné d'un très truculent recueil intitulé Les tribulations de Mgr Tartuffe (avec photos).

Les "séminaires" comme foyers de perversion

Le prêtre qui m'a contacté semble avoir fait de bonnes études de théologie. Ayant pour cela abandonné le ou les jobs qui le faisaient vivre, il se retrouve au RSA et de plus complètement "grillé" du fait qu'il s'est fourvoyé auprès d'un escroc en religion qui n'est pas reconnu par la hiérarchie catholique.

Le moins que l'on puisse dire est qu'il a eu tort de s'engager en lâchant tout sur la base de simples promesses orales de deux prélats aujourd'hui disparus ou du moins à la retraite.

Si j'en crois la dupe de Roux, il aurait eu, au sein d'un grand séminaire du nord de la France une méchante affaire de pédophilie qui ne demanderait qu'à exploser avec un "Preynat local" toujours en service. Soyons clair : tous les séminaires ont (probablement et disons certainement) été le théâtre d'abus parce que les prédateurs se sont ingéniés à s'incruster dans les lieux les plus propices à l'exercice de leur vice. Les "affaires" ne cessent de refaire surface et ce n'est probablement pas fini. On parle même d'un projet d'enquête parlementaire (???).

Le seul vrai problème est que s'agissant d'homosexualité le trouble réside essentiellement dans la violation d'un interdit interne au christianisme et au monothéisme. Entre un coach sportif et un jeune non mineur sexuellement c'est plus naturel... Sauf qu'une des contradictions de notre droit est que les personnes ayant autorités doivent attendre la majorité politique pour céder à une idylle tandis qu'un vagabond peut séduire un jeune pourvu qu'il y ait consentement. D'un certaine manière c'est un peu le monde à l'envers : car un enseignant soucieux d'éthique risquerait d'être moins négatif qu'un inconnu amené à satisfaire une pulsion brutale et momentanée derrière une porche cochère... Enfin passons..

Tous les séminaires, probablement sans exception, ont été plus ou moins le théâtre d'abus sexuels. C'est un grand classique et on n'a pas pris garde à Luc 12:2 Il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. 3 C'est pourquoi tout ce que vous aurez dit dans les ténèbres sera entendu dans la lumière, et ce que vous aurez dit à l'oreille dans les chambres sera prêché sur les toits.

Concluons : les séminaires ont été le théâtre d'inséminations mal placées.

La Mitre et la Pizza

On trouve toujours en cherchant un peu un livre dont le contenu est assez cocasse qui contient un chapitre portant ce titre.

Je ne souhaite pas raviver des vieilles douleurs tant chez son auteur que chez une de ses principales victimes mais il est bien connu que l'illustre artiste dont on parle a commencé une partie de sa triste carrière dans une grande métropole sudiste, en escroquant une vieille antiboise. Le bas de sa soutane commençant à sentir le roussi du fait d'une anticipation locale du "réchauffement climatique", il transporta ses pénates à Fumel où il fonda une pizzeria très prisée par les jeunes de l'endroit. Disait t-on...

Il s'est agit comme l'on s'en doute un peu, d'un mode d'évangélisation très particulier avec deux degrés, l'un très exotérique avec des messes vaguement torchées à la Saint Pie V, et pour les amateurs d'ésotérisme une possibilité d'initiation très secrète, très profonde et même assez franchement ténébreuse.

Malheureusement, cette bamboula assez excessivement païenne fut brusquement interrompue par un très mauvais plaisant à la plume très acérée et très fielleuse qui balança dans le secteur une imitation d'un très célèbre canard en dévoilant le "pot aux roses". La feuille crée pour l'occasion s'est intitulée "Le petit niçois déchaîné".

A l'époque, il n'y avait pas encore de drones pour balancer éventuellement des tracts, il a suffi d'une douzaine d'exemplaires envoyés aux principaux banquiers, aux estaminets les plus courus, à l'évêque, et au journal local pour déclencher une panique et une rigolade générale.

Il fallu a notre curé, qui n'était pas encore évêque, lever le camp et aller chercher fortune sous des cieux plus cléments.

On ne va pas raconter la suite de l'histoire, ce serait beaucoup trop long. Le drôle alla jusqu'en Afrique semer la bonne parole en fabriquant un ou plusieurs antipapes excessivement bronzés. Je ne sais plus mais le détail m'est sorti de la mémoire. Tout cela est si loin...

Où l'on découvre que décidément "le monde il est petit"

Très franchement, je doute que la victime de l'illustre et inimitable clown qu'est ce fameux Jean-Gérard Roux soit tout à fait innocent sous le rapport de son orientation sexuelle dont il m'a certifié l'orthodoxie. J'ai tendance à penser que qui ressemble s'assemble car ayant interrogé mon correspond au sujet des démarches engagées pour obtenir l'affectation après laquelle il court, il en est venu à me parler d'un certain Père M. dans des termes qui m'ont rappelé quelque chose à propos d'un collègue musicien d'église.

Ce dernier a servi sous le ministère d'un jeune curé, assez bien de sa personne et qui s'est illustré momentanément au sein d'un certain Salon beige à propos d'un discours sur la "pédophilie"... Ses fans le voyaient déjà pape. Sauf que j'ai vérifié, il ne subsiste plus de traces de cet exploit. 

Ce prêtre, là où il a exercé assez récemment, a eu le don d'attirer à lui un essaim de jeunes femmes qui l'on pris à tort pour un pot de miel. Un situation assez loufoque car aucune ne parait s'être rendu compte que, sans le savoir, elles lui ont procuré une "couverture" idéale ou plus exactement un alibi. Au point qu'un maire des environs de sa cure de l'époque, a cru voir en lui un concurrent qui lui aurait piqué la femme qu'il convoitait...

Ce brave Maire a été, bien sûr, victime d'une illusion car le musicien en question ayant fait autrefois de l'astrologie, s'est vu remettre par son patron ses données de naissance. Résultat : Vénus en maison V (celle des "bagatelles"), en Gémeaux (deux garçons), opposée à Saturne (maléfique), carré à la Lune (la mère). Je ne développe pas car l'astrologie a tendance à me saouler sauf quand c'est un ami astrologue qui me fait ma révolution solaire mais vous aurez compris que le curé en question adore les garçons.

Six mois plus tard son employé bénévole parlant avec un ami bouddhiste se vit réclamer le patronyme du religieux en question. Coïncidence : l'ami l'avait connu alors que ce futur prêtre n'avait que 16 ans, il se trouve qu'il allait chercher de quoi être moins seul la nuit et précisément là où le futur Mgr JGR faisait des stations régulières. L'endroit se nomme Coco Beach et se trouve non loin d'un ancien séminaire transformé en hôtellerie avec des chambres pour étudiants. Les agapes aurait eu lieu dans des douches collectives et malgré l'heure tardive, çà s'est su.

Le seul problème est qu'à la surprise générale, ce prêtre a disparu quasiment du jour au lendemain pour cause de dépression et de prétendu burn out et quelques uns de ses paroissiens ont su que sa hiérarchie l'a pressé de faire une cure de désintoxication anti alcoolique. Quand on a raffolé des garçons, on ne va pas se coincer dans un ministère imposant l'abstinence pour faire plaisir à une mère très dévote. Enfin chose positive, il ne traîne aucune casserole derrière lui, simplement vivre l'amour platoniquement au travers d'un ministère qui reste très augustinien (Tout pour Dieu rien pour ma pomme, voir les considérations sur la cité perverse qui est essentiellement pornographique...), c'est devenu tout simplement invivable. 

L'autre coïncidence c'est la question de savoir comment la dupe de Roux s'est trouvé amenée à parler avec un curé "homophile" mais qui évidement s'en défend car il est connu pour avoir milité contre le "mariage pour tous" au point de faire porter, par des jeunes d'un village patronné par une sainte dévote regurgitée par un dragon, des tee shirt de propagande n'ayant rien de particulièrement "folkloriques". 

Précisions : je ne connais pas ce prêtre, on m'a raconté son histoire et elle me fait peine. Quand au fait de savoir comment la dupe de Roux s'est trouvée à rencontrer ce très zélé curé alors que des centaines de kilomètres sont censés les séparer. Un loi mystérieuses des affinités et des sympathies, sans doute. Qu'importe !

Néanmoins, il est de très curieuses coïncidences. Apparemment, j'apprends qu'il serait toujours très rouge de figure et le collègue me dit que son église a brusquement désempli. Il n'a laissé derrière lui aucune "casserole", c'est le seul côté positif de l'histoire. Il y a parfois encore des miracles... 

Les commentaires sont fermés.